Les vins suisses résistent, innovent et rêvent d'un festival en leur honneur

visuel visuel

Les informations concernant le bilan définitif des vendanges suisses 2020 arrivent. Chaque canton viticole fait le point sur la situation petit à petit. L'occasion de prendre le pouls d'un secteur d'activité qui, comme d'autres, subit les conséquences économiques désastreuses de la crise sanitaire. Les restaurants ferment et ce sont autant de clients potentiels qui s'évaporent pour les professionnels du vin. Ce contexte délicat n'empêche heureusement pas des initiatives commerciales originales et innovantes de voir le jour. Des exemples? Un Swiss Wine Festival itinérant tente d'inaugurer ses premières éditions en Suisse romande et en Suisse alémanique en 2021, tandis qu'un groupe d'étudiants de l'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) a fondé une start-up dont l'ambition est de dépoussiérer l'image des vins de Lavaux.

«Ce millésime est une belle réussite qui respecte parfaitement la conversion bio du Domaine de Chambleau. Une robe nébuleuse, avec des nuances de jaune pâle et une belle turbidité. Discret de prime abord, il se laisse désirer. C'est toute la magie de ce jeune vin. Il suffit d'appliquer le bon geste au verre pour percevoir des notes de pommes compotées et une touche de vanille Bourbon. Ce sont ensuite les agrumes confits qui entrent dans la danse, suivis de notes rafraîchissantes de citrus.» Avec ces mots remplis de poésie, comme souvent en matière de vin, Yves Dothaux, œnologue et responsable de l'encavage de l'Etat de Neuchâtel, décrit le premier vin suisse de l'année: le chasselas non filtré 2020 de Neuchâtel, produit par une trentaine d'encaveurs, dont le domaine de Chambleau. 

Le Neuchâtel Non Filtré connaît un beau succès et se trouve même dans certains lieux branchés zurichois. Les producteurs n'hésitent pas à utiliser des méthodes marketing innovantes pour séduire. Le domaine de Chambleau a par exemple choisi de glisser un ticket d'or au hasard dans un carton de six bouteilles de Non Filtré. Pour l'heureux client de ce carton gagnant, c'est l'assurance de recevoir en plus de sa commande «une caisse de Pinot Noir Pur Sang 2017». 

L'organisme de promotion Neuchâtel Vins et Terroir a lui aussi joué la surprise en janvier, puisqu'il a imaginé un jeu de piste grandeur nature pour donner plus de visibilité au chasselas non filtré 2020. Le fonctionnement de ce jeu? Soixante-quatre bouteilles de ce vin ont été éparpillées à travers tout le territoire neuchâtelois, mais aussi dans le Jura et le Jura bernois. La chasse pour les retrouver – grâce à une application pour smartphones et en répondant à des énigmes – a duré quatre jours! Toutes ces actions commerciales neuchâteloises illustrent bien, d'une façon plus générale, le dynamisme dont font preuve les professionnels de la vitiviniculture en Suisse pour vaincre un climat de consommation qui n'est pas idéal et pour encourager le public à tester, goûter et apprécier de nouvelles saveurs.

UN TOUR DE SUISSE AVEC LE SWISS WINE FESTIVAL

C'est dans cette logique que s'inscrit l'initiative Swiss Wine Festival, portée par René Zürcher, ancien patron du Comptoir Suisse, aujourd'hui à la tête de la société Live Marketing Services, spécialisée dans le domaine événementiel. Le Swiss Wine Festival? Il s'agit d'un projet de grande manifestation groupant jusqu'à cent producteurs de vins et qui a vocation à être itinérante; elle se déroulerait, selon les mois et les saisons, en Suisse romande (Bienne, Lausanne) ou en Suisse alémanique (Zoug, Winterthour). La crise sanitaire a compliqué la tâche de René Zürcher. Initialement, c'est fin 2020 qu'aurait dû avoir lieu un premier Swiss Wine Festival à Lausanne. L'interdiction de tous les grands rassemblements en a décidé autrement. 

«Le 8 octobre, nous avons stoppé, à regret, l'ensemble des préparatifs», explique, dépité, René Zürcher. «J'avais des contacts très positifs avec les producteurs de vins et je demeure confiant pour le futur du concept du Swiss Wine Festival. Celui-ci est né au printemps de l'année dernière, à la suite d'une conversation avec l'ancien président du conseil d'administration de MCH Beaulieu. Il s'agissait de venir en aide aux vignerons qui ne bénéficiaient plus assez de vitrines commerciales et événementielles, les salons traditionnels ayant été annulés, de même que les journées Caves ouvertes.»

UN GIGANTESQUE MAGASIN ÉPHÉMÈRE 

L'idée du Swiss Wine Festival est de proposer aux visiteurs de venir gratuitement à la rencontre d'un très grand nombre de producteurs et de faire tranquillement leurs achats en fonction de leurs découvertes et de leurs coups de cœur. Le Swiss Wine Festival – qui a obtenu le soutien de Swiss Wine, l'organisme qui a pour mission de promouvoir l'image du vin suisse en Suisse et à l'étranger – se présente davantage comme un gigantesque magasin éphémère très spécialisé que comme un salon «classique». D'ailleurs, René Zürcher ne croit plus vraiment au concept des salons classiques payants: «Les gens ne vont plus sortir de l'argent pour participer à une manifestation où ils retrouvent, en définitive, des articles qu'ils peuvent observer et choisir sur internet ou dans des grandes surfaces. 

Avec le Swiss Wine Festival, nous apportons au contraire une vraie plus-value, car le vin nécessite une dégustation et un contact direct avec les professionnels. Le consommateur souhaite cela». Actuellement, aucune manifestation viticole en Suisse n'arrive à réunir cent producteurs, d'après René Zürcher. C'est ici aussi qu'il offre une nouveauté importante. Pour faire venir autant de producteurs et pour assurer la gratuité de l'entrée au public, René Zürcher doit proposer des coûts de participation le plus bas possible aux professionnels, notamment ceux dont la production demeure plus modeste. «Ces coûts de participation doivent rester en dessous de cinq cents francs par jour: c'est mon défi! La présence de producteurs que l'on ne voit nulle part ailleurs fera aussi la spécificité du Swiss Wine Festival.» Si les conditions sanitaires le permettent, les premières éditions du Swiss Wine Festival auront lieu du 3 au 6 juin 2021 à Zoug et du 17 au 20 juin à Winterthour. 


Découvrez d'autres articles

Identité électronique : Nous c’est nous

Identité électronique : Nous c’est nous

29 janvier 2021

Si l’identité est essentielle pour les échanges avec les autres depuis toujours, l’époque contemporaine lui donne de nouvelles dimensions. Dans ses travaux, la spécialiste Fanny Georges rappelle...

Lire plus
Pourquoi je me ferai vacciner

Pourquoi je me ferai vacciner

29 janvier 2021 - Paru dans Entreprise romande

On manque de recul sur les vaccins contre le Covid-19, développés à une vitesse inédite, pour certains avec une nouvelle approche. De mauvaises surprises ne peuvent être exclues. Et pourtant, je me...

Lire plus
Comment les PME peuvent se protéger du cybercrime

Comment les PME peuvent se protéger du cybercrime

4 décembre 2020 - Paru dans Entreprise romande

Les PME se sentent souvent dépourvues face aux risques liés à la sécurité informatique. Savoir quelles questions se poser peut les aider à s’en protéger. Des ressources sont également à leur...

Lire plus