L’économie suisse à l’épreuve du feu

C’est un scénario digne des films de série B qui est en train de se jouer. Un scénario que l’on n’aurait jamais imaginé réel. Et pourtant, la Suisse, comme tant d’autres pays, est en train de vivre un véritable séisme sanitaire, économique et social. Mais c’est également notre système démocratique qui passe un sérieux examen avec cette crise.

Le Conseil fédéral, comme de nombreux gouvernements cantonaux, a d’ores et déjà annoncé toute une série de mesures. Mais l’on devine déjà qu’elles seront insuffisantes. Il demeure beaucoup de questions ouvertes sur la façon dont les mécanismes d’urgence vont être activés. Il importe que les mesures prises couvrent tout le monde.  

De nombreux indépendants et chefs d’entreprise sont aux abois. Alors que les carnets de commande se vident et que les liquidités font défaut, ces derniers n’ont aujourd’hui droit à aucune aide. Nous devons soutenir les milliers d’entrepreneurs qui perpétuent un patrimoine, qui offrent des biens et des services, qui créent de l’emploi et qui permettent, par leur contribution, la redistribution sociale, en finançant les prestations de l’Etat. Aujourd’hui, il est temps de penser à eux, en assouplissant les règles en vigueur, notamment en matière de réduction de l’horaire de travail, et en les soutenant financièrement dans cette période d’anémie économique. Les petites entreprises, aux reins forcément plus fragiles que les autres, contribuent à la richesse de notre pays, à tous points de vue. Elles méritent elles aussi assistance, comme de grandes entreprises ont pu en bénéficier par un récent passé. L’oublier serait suicidaire et ferait perdre confiance dans le devoir de protection de nos autorités. 



Poster un Commentaire