Indispensable poursuite du télétravail!

 | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : Véronique Kämpfen

Dès lundi 11 mai, il y aura à nouveau plus de gens dans les rues. Magasins et restaurants ouverts, plans de reprise d’activités en présentiel dans les entreprises, réouverture des écoles, etc. vont amener les individus à se côtoyer davantage. Pour éviter de mettre en péril la situation sanitaire et de voir repartir de plus belle le nombre de personnes atteintes du Covid-19, il va falloir tempérer les enthousiasmes. Comme le répète à l’envi le Conseil fédéral, la première mesure d’organisation du travail à mettre en place pendant cette période de reprise est… le télétravail. Partout où cela est possible. En clair, cela signifie que toutes les personnes dont l’activité ne requiert pas une présence physique sont priées de rester à la maison.

Pourquoi? Parce que c’est le meilleur moyen de protéger sa santé et surtout celle des autres. Faire en sorte que les transports publics ne soient pas bondés, que l’espace de deux mètres puisse être maintenu au maximum entre les piétons et les cyclistes et que les embouteillages ne paralysent pas à nouveau nos villes et nos passages à la frontière et laisser la place à celles et ceux qui sont contraints de se déplacer, c’est faire preuve de civisme. Toutes celles et ceux qui ont expérimenté le télétravail ces dernières semaines savent désormais quels sont ses avantages, mais aussi ses inconvénients. La balance penche plus ou moins d’un côté ou de l’autre, en fonction d’éléments comme la taille du logement, le nombre de personnes et d’enfants dans le ménage, la qualité de l’aménagement de la place de travail ou, plus prosaïquement, l’épaisseur des murs et les relations de voisinage. Malgré ces difficultés, un article de la NZZ am Sonntag relayait les résultats d’une étude selon laquelle 70% des personnes en télétravail pendant cette crise sanitaire se déclaraient satisfaites de leur expérience. Ce très haut taux de satisfaction s’explique notamment par le fait que ces personnes sont conscientes de protéger la santé de l’ensemble de la communauté en restant à la maison. Cet objectif transcende les aspects moins agréables du télétravail, parmi lesquels l’isolement et la difficulté de gérer vies privée et professionnelle tiennent une place prépondérante.

Aujourd’hui, malgré les assouplissements prévus par le Conseil fédéral en vue d’une nécessaire reprise économique, l’objectif est toujours le même: éviter la propagation du virus. S’il faut pour cela que les personnes qui peuvent le faire restent encore quelques semaines en télétravail, c’est un effort qui vaut la peine d’être fait. Le 11 mai, je resterai à la maison. Et vous?